Réduire la taille du texte Normaliser la taille du texte Grossir la taille du texte
Syndicat Mixte d'aménagement, de gestion et d'entretien

 

des berges de la Seine et de l'Oise
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
SMSO
Hôtel du Département
2, place André Mignot
78012 Versailles Cedex

 

 

Tél. 01 39 07 88 03
Fax 01 39 07 88 28
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Restauration et entretien des berges

Techniques au service des berges

Techniques en génie végétal

B1-131-2_schema_genie_vegetal

Plantation : c’est l’ensemencement d’herbacées, arbres, arbustes, hélophytes (plantes aériennes de milieux humides : roseaux, joncs…) et hydrophytes (plantes totalement aquatiques : rubaniers, myriophylles…). Les coûts varient selon les espèces et l’âge d’introduction. Le système racinaire stabilise la berge et l’ensemble de la plante apporte paysage et richesse écologique.

Fascine : c’est la mise en place de fagots de saules morts ou vivants fixés par des pieux battus. Les coûts varient de 20 à 75 euros du mètre linéaire. L’objectif est la stabilisation de la berge, quelle que soit l’irrégularité du pied de berge. Cet aménagement est solide dès sa mise en place et peut servir à protéger le développement de végétaux vivants.

Boutures de saules : c’est l’introduction dans la berge de segments de branches de saules à forte capacité de rejet. Les coûts varient de 2 à 15 euros du mètre linéaire. Les objectifs poursuivis sont la stabilisation du talus de berge et son prompt reverdissement.

Lits de plants et plançons : c’est l’introduction de branches de saules et plants à racines nues disposés en rangs serrés dans de petites tranchées et recouverts de remblais terreux. Les coûts varient de 15 à 30 euros du mètre linéaire. L’objectif principal est la consolidation rapide de talus instables ou raides et présentant des risques de glissement.

 

Attention Tous ces aménagements nécessitent un entretien spécialisé régulier… comme tous les milieux vivants !  Dont la fréquence peut être espacée quand ils sont en bonne santé.

 

Techniques en génie mixte et minéral

B1-132_schema_mixte_et_mineral

Tunage : technique mixte de protection de berge qui consiste en une file de piquet de bois plantés verticalement de façon jointive. Cette technique est appliquée lorsque le talus présente une cassure qui faut stabiliser afin de maintenir les matériaux terreux et les plantations placées en arrière. Le cout de cet aménagement varie de 200 € à 1200 € / ml

Caissons végétalisés : technique mixte de protection de talus qui offre une armature permettant une stabilisation immédiate de la berge. Aménagement qui se constitue d’un caisson de bois rempli de terre sur lequel des plantations sont réalisées. Ce type de protection et sa mise en oeuvre est efficace, rapide et simple. La construction s’adapte à la hauteur du talus à traiter. Le coût de cet aménagement varie de 35 à 76 € / m3 d’ouvrage réalisé.

Enrochement : technique minérale principalement utilisée sur les pieds de berge lorsque l’amplitude de variation de niveaux d’eau est importante (retenue de barrage par exemple, batillage très fréquent et très important). Ce type d’aménagement est fréquemment proposé en milieu urbain lorsque les usages en sommet de berge sont très importants (route, parking, zone industrielle) ou bien sur les cours d’eau où la navigation commerciale à grand gabarit est présente.


Selon les enjeux en sommet de berge et les contraintes, la hauteur d’enrochement sera variable ainsi que la taille des blocs utilisés. Le coût varie de 30 à 50 € la tonne.

Lors de la mise en œuvre, un bidine (feutre non biodégradable) est posé sur la berge puis les blocs de pierres sont positionnés en vrac ou bien rangés. Ces enrochement libres peuvent ensuite être plantés par des herbacés dans les interstices et offre de nombreuses caches pour la faune. A l’inverse il arrive que les enrochements soient entièrement recouverts d’une couche de béton rendant lisse l’aménagement. Solution de moins en moins utilisée car ayant des conséquences négatives sur la biodiversité.

Palplanche : technique minérale utilisée en pied de berge. Il s’agit de l’implantation de tôle d’acier jointive, battue dans le pied de berge. Elles permettent de constituer un mur de soutènement, un écran imperméable. Cet aménagement est principalement mis au droit des zones portuaires, des zones de stationnement de bateaux. Le coût varie selon la hauteur de planche à battre, de l’épaisseur et de la largeur de la tôle.